Aucun∙e agent∙e public∙que rémunéré∙e sous le SMIC, une exigence forte !

La conférence sur les perspectives salariales dans la fonction publique s’ouvre le 21 septembre. L’UNSA demande au gouvernement de nouvelles mesures, à minima pour tenir compte de la reprise de l’inflation. Aucun∙e agent∙e public∙que, titulaire ou conrtactuel∙le, ne doit être rémunéré∙e sous le SMIC !

Une hausse du SMIC est annoncée au 1er octobre suite à l’inflation de 2,2% constatée en un an. C’est une mesure nécessaire.

Pourtant, la fonction publique continue de rémunérer certain∙es agent∙es de manière indigne. Certes, le gouvernement a annoncé en juillet des mesures importantes pour revaloriser nos collègues de catégorie C, les moins bien rémunéré∙s. Leur carrière sera accélérée et leur grille indiciaire relevée. Mais l’inflation est telle qu’elle vient balayer les améliorations prévues pour ces collègues avant même d’entrer en vigueur…

Avec le gel du point d’indice depuis 10 ans (*), notre pouvoir d’achat est encore plus impacté par la reprise de l’inflation.

A la veille de l’ouverture de la conférence sur les perspectives salariales, l’UNSA insiste de nouveau pour que des négociations salariales puissent s’ouvrir. Certaines améliorations obtenues récemment doivent se confirmer et se renforcer à long terme.

Chaque collègue, quel que soit son métier, quelle que soit sa fonction, a permis à l’école de tenir pendant la crise sanitaire. L’UNSA demande au gouvernement des annonces réelles, concrète et rapides, pour offrir à chaque agent∙e public∙que une perspective salariale digne et cohérente avec l’engagement fourni et le travail réalisé.




(*) excepté pour l‘année 2016 avec l’accord PPCR qui avait permis une hausse de 1,2% en deux fois (0,6% en juillet 2016 et 0,6% en février 2017)

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://ud-16.unsa.org/trackback/17