Allocution du président de la République : l’art de stigmatiser les demandeurs d’emploi

Lors de son allocution du 9 novembre, le président de la République a tenu des propos stigmatisants contre les demandeurs d’emploi, propos que l’UNSA considère inacceptables et dépourvus de fondement.

Emmanuel Macron a fait deux annonces importantes concernant les demandeurs d’emploi :

  • il a réaffirmé la mise en place, à partir du 1er décembre 2021, des nouvelles conditions d’ouverture des droits à l’indemnisation chômage, prévue dans le décret du 26 juillet 2019. Il faudra avoir travaillé 6 mois au lieu de 4 pour ouvrir des droits à l’indemnisation.

L’UNSA a dès le départ critiqué cette augmentation. Alors qu’en 2009, l’instauration de la diminution de la condition d’ouverture des droits à 4 mois avait pour principal objectif de favoriser l’insertion sociale et professionnelle des jeunes, rehausser cette condition rentre ainsi complètement en contradiction avec la préoccupation affichée de l’exécutif concernant le sort de la jeunesse. Rappelons que selon l’Unédic, 475 000 personnes verraient leur ouverture de droits retardée au cours de la première année d’exécution de cette mesure, dont 190 000 de plus d’un an.

  • il a annoncé un renforcement des contrôles de recherche d’emploi des demandeurs d’emploi, menaçant de suspendre leurs allocations s’ils ne démontrent pas une recherche active. Selon lui, les problèmes de recrutement dans certains secteurs d’activité et l’existence de “3 millions de chômeurs” heurteraient “le bon sens”.

Sur la mise en miroir entre les difficultés de recrutement dans certains secteurs d’activité et le nombre élevé de demandeurs d’emploi, l’antienne n’est pas nouvelle. Sauf que les demandeurs d’emploi ne sont pas responsables des difficultés de recrutement. Comme le montre une étude récente de la Dares (https://dares.travail-emploi.gouv.fr/publication/quelle-relation-entre-difficultes-de-recrutement-et-taux-de-chomage), les problèmes d’attractivité de certains métiers (salaires, conditions de travail) et l’inadéquation des compétences sont les facteurs majeurs des difficultés de recrutement.

L’épreuve du chômage n’est pas un choix ni une situation enviable et pour comprendre un phénomène il vaut mieux se fier aux études sur le sujet plutôt que de faire des raccourcis binaires ! L’UNSA réaffirme son opposition à la quasi intégralité de la réforme de l’assurance chômage et dénonce cette stigmatisation des demandeurs d’emploi, constante durant ce quinquennat.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://ud-16.unsa.org/trackback/52